Sur le concept d' »homophobie sociale »

Nous entendons beaucoup parler de l’augmentation de l’homophobie en France cette année. L’association SOS Homophobie, dans son Rapport annuel 2013, montre une corrélation entre cette augmentation et l’essor de la Manif pour Tous.  Aussitôt, les associations LGBT, les médias et les politiques de fustiger sans discernement la Manif pour Tous et de la montrer du doigt comme seule et unique responsable de cet état de fait. Elle est accusée de réveiller les vieux démons de la France et de libérer les plus basses et les plus viles passions des hommes. Elle exhalerait les relents putrides et chargés de soufre (un comble pour un mouvement estampillé catholique!) d’une France archaïque, égoïste et étroite d’esprit. Comble de crime de lèse-République, elle refuse le culte du Progrès! Bref, elle est bourrée de préjugés réactionnaires et de stéréotypes homophobes, voire sexiste, racistes et fascistes.

La Manif pour Tous. Le plus grand repère d'homophobes référencé en France. Le pire c'est qu'ils ne savent pas.

La Manif pour Tous. Le plus grand repaire d’homophobes référencé en France. Le pire c’est qu’ils ne savent pas.

Face à cette lie de la société se dresse le camp du Bien, rangé en ordre de bataille. A l’Etat-Major, le Gouvernement au grand complet avec à la manoeuvre M. Peillon, Ministre de la Propagande Juvénile pour la prévention (voir ici), et Mme Vallaud-Belkacem, Ministre déléguée au Féminisme pour la répression (ici et ). Suivent en rangs serrés les bataillons des associations de défense des droits LGBT (ActUp, Inter LGBT, pour ne nommer que les plus connues) et autres minorités opprimées (Mrap, Cran), sans compter les penseurs estampillés « bons », purs de toute souillure qu’apporte la compromission avec les extrémistes intolérants (entendre par là, la droite du PS, dans le meilleur des cas). J’ai failli oublier de mentionner nos médias « indépendants », « contre-pouvoir » efficace à la dictature étatique. J’en oublie sans doute, vous me le ferez remarquer. Ce camp du Bien se tient bien éloigné de tout ce qui pourrait être une atteinte à l’avancée des Droits. De leur point de vue, ils accomplissent une oeuvre civilisatrice et apportant la bonne parole au Peuple qui se fourvoie dans l’obscurantisme. Et tout de suite nous vient l’image de la colonisation Voltaire auprès de Frédéric de Prusse. L’objectif: nous faire entrer dans la Civilisation de l’Amour, des Fleurs bleues et des Bisounours. La méthode: extirper l’homophobie.

L’homophobie. Que l’on veuille extirper la peur de l’autre, je n’ai aucun problème avec ça. Il faut savoir accueillir chaque personne telle qu’elle est, en vérité, et éviter les idées préconçues. C’est donc avec un regard bienveillant que je me penche sur ledit Rapport annuel 2012. Et là, je tombe, en page 19, sur un magnifique graphique au camaïeu de rose intitulé Manifestations de l’homophobie en 2012. Les chiffres sont parlants: 44% d’insultes (51% en 2011), 16% de discrimination (14% en 2011)… Je vous passe le détail. Et là, je m’arrête. Je lis, je relis. Pas de doute. Il y a 13% d’homophobie sociale (2% en 2011). Mais qu’est-ce que l’homophobie sociale? La définition se trouve en bas de page. « homophobie sociale : expression par les victimes de difficultés à s’épanouir dans une société hétérocentrée, l’ensemble des représentations et des valeurs de la société fait de l’hétérosexualité la norme unique en matière de pratique sexuelle et de vie affective. » (Rapport annuel 2012 SOS homophobie, p. 19). Plus simplement, il n’existe pas d’acte ou de parole homophobe, juste un mal-être exprimé par la personne homosexuelle.

Qu'un mouton veuille remonter le flot de ses congénères et il est piétiné par eux.

Qu’un mouton veuille remonter le flot de ses congénères et il est piétiné par eux.

Avec ce termes, nous franchissons allègrement le pas vers une pensée totalitaire. Il ne s’agit plus d’actes répréhensibles, mais d’un « climat ». Derrière ce terme se cache tout le côté abject de la manipulation: comme disait Jean-Pierre Michel, rapporteur de la loi Taubira au Sénat, le Peuple français représente « la pire des homophobies », car il est « dans le déni d’homophobie ». Une telle analyse justifie toute les dérives visant à extirper les comportements dits « intolérants ». Puisque le Peuple est un enfant qu’il faut éduquer, tout est permis à ses dirigeants, de gré ou de force. Au nom donc de l’égalité, de la tolérance et de la morale laïque, nous pouvons insulter, tabasser, et traiter des personnes comme des sous-citoyens. L’homophobie sociale est le prétexte dont n’aurait osé rêver les plus grands dictateurs. Puisqu’il y a un climat délétère, les responsables doivent être châtiés et mis au ban de la société. Et les responsables, ce sont tous ceux qui refusent la pensée dominante. Plus de référence à la vérité, ni même à une vérité potentielle. La seule vérité acceptée est la pensée majoritaire… qui change donc avec les évolutions de la pensée.

Notre monde s'approche toujours plus du précipice, comme attiré par le vide. L'idéologie menée à son terme, c'est la chute.

Notre monde s’approche toujours plus du précipice, comme attiré par le vide. L’idéologie menée à son terme, c’est la chute.

Ce faisant, tout cadre disparaît. Nos gouvernants nous introduisent de force dans un monde flou et mouvant, sans consistance. Il n’est plus de limite, plus de règle. Car la limite donnée par la nature est niée, celle de la vérité bafouée. Les générations à venir viendront au monde comme la nôtre et les précédentes, mais contrairement à nous, les enfants ne pourront devenir pleinement hommes ou femmes car il resteront enfants. Car qu’est-ce qu’un enfant sinon celui qui ne connaît pas ses limites? Devenir adulte, c’est se confronter avec la réalité et ses limites, c’est accepter d’avoir des limites, de ne pas être omnipotent. Introduire le concept d’homophobie sociale implique donc à terme une société telle que décrite par Tocqueville:

« Je veux imaginer sous quels traits nouveaux le despotisme pourrait se produire dans le monde : je vois une foule innombrable d’hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont ils emplissent leur âme. Chacun d’eux, retiré à l’écart, est comme étranger à la destinée de tous les autres. […]
Au-dessus de ceux-là s’élève un pouvoir immense et tutélaire , qui se charge seul d’assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. Il est absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux. Il ressemblerait à la puissance paternelle si, comme elle, il avait pour objet de préparer les hommes à l’âge viril ; mais il ne cherche, au contraire, qu’à les fixer irrévocablement dans l’enfance ; il aime que les citoyens se réjouissent, pourvu qu’ils ne songent qu’à se réjouir. Il travaille volontiers à leur bonheur ; mais il veut en être l’unique agent et le seul arbitre ; il pourvoit à leur sécurité, prévoit et assure leurs besoins, facilite leurs plaisirs, conduit leurs principales affaires, dirige leur industrie, règle leurs successions, divise leurs héritages ; que ne peut-il leur ôter entièrement le trouble de penser et la peine de vivre ? »

Distraire le peuple des vrais enjeux. Panem et circenses disait-on déjà à l'époque de César. Et l'on fait passer le gendre.

Distraire le peuple des vrais enjeux. Panem et circenses disait-on déjà à l’époque de César. Et l’on fait passer le gender.

A nous donc de réveiller le monde fertile de la pensée, de le tirer des sables mouvants du politiquement correct dans lesquels il s’est enlisé. A nous de remettre l’homme au centre de nos réflexions sur la société, et non le capital ou les idéologies égalitaristes ou libertaires. Alors nous sortirons de l’éternelle adolescence, alors nous serons pleinement humains. Et c’est pour demain.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s